INTENTION(S)

Qu'avons nous à transmettre ? Qu'aimerions nous transmettre ? Y-a-t’il une nécessité de la transmission, pour nous, pour les autres, pour la société ?

Réactiver les savoirs

video HP DieChaque individu dispose de connaissances, de savoirs-faire, à véhiculer, à partager. Le savoir sort des livres et des écoles, mais avant tout de l’expérimentation. Chacun est en mesure de transmettre quelque chose, souvent même inconsciemment, simplement par le fait de sa différence, de la singularité de son rapport au monde, de son expérience. La transmission décrit un mouvement d'un individu à un/des autre(s), d'une génération à une autre. Elle demande de se replonger dans l’expérience pour la véhiculer et donc de faire un mouvement de la pensée, une (ré)activation du geste, un ajustement des sens. Ainsi la mémoire inscrite devient présent actif.

Fin d’une transmission par filiation

À priori, plus l'individu est avancé dans la vie, plus il dispose d'un bagage de transmission important. Mais souvent, il n'y a plus personne pour le recevoir, l'écouter le transformer et le diffuser à son tour. Les changements de mode de vie portés par l'aire de l'industrialisation et de la mondialisation, l'exode vers les villes des plus jeunes générations ont participé à la disparition d’une forme de transmission emportant dans l'oubli des savoirs-faire paysans, artisans, féminins, masculins, en lien avec la connaissance de la nature et du vivant.

Quel regard sur le vieillissement ?

En considérant les personnes vieillissantes comme ayant fini leur cycle d’action pour la société et méritant le repos, nous les invitons au désengagement et déconsidérons le rôle que celles-ci pourraient avoir. A partir du moment où nous perdons en productivité quel regard portons nous sur notre place dans la société et quel regard celle-ci nous renvoie t’elle ? Et si pour certains la retraite est vécue comme un soulagement bien mérité et enfin l’occasion de s’extraire tant que faire se peut du tumulte du monde, pour d’autres la question de l’engagement reste au centre. Mais sous quel forme ? Quel nouveau sens donner à son existence au moment où l’on ne nous demande plus rien, ou parfois on nous oublie?

Interpeller sur la transmission, c’est poser implicitement la question de notre rôle, c’est inviter à (ré)investir de sens un âge aujourd’hui déprécié.

Du savoir faire au savoir être

Alors que les savoirs-faire concrets deviennent à notre époque très vite désuets (bien que beaucoup réapparaissent face à une nécessité d’auto-suffisance croissante en période de crise), l’esprit, la philosophie soutenant ces savoirs-faire, l’expérience qui en a découlé est elle intemporelle. Ce sont beaucoup plus les qualités, la pluralité de regards sur le monde, les convictions soutenant le travail, l’action subjective derrière l’action formelle, qui sont des trésors à offrir aux autres.

Une approche pluridisciplinaire

Notre équipe artistique interdisciplinaire proposera des moments de rencontre individuels ou en petits groupes aux villageois de Valdrôme, de La Motte-Chalancon et aux résidents du CAT de Recoubeau autour de cette question de transmission. Le dialogue parlé ou écrit, le mouvement, la danse, les arts plastiques, la vidéo et la création sonore seront nos outils pour élaborer ensemble la matière d'un projet artistique de terrain allant à la rencontre d'individus singuliers plutôt discrets, plus ou moins isolés, plus ou moins âgés, plus ou moins exclus.

L’intérêt d’une démarche artistique

Nous envisageons l'art comme un outil à ausculter la vie, à la vivre autrement un temps donné, pour mieux y revenir, comme un moyen de nous mettre en mouvement dans nos esprits et dans nos corps et de nous éloigner de nos peurs. L'inconnu, c'est ce qui nous motive, ce qui nous mets en mouvement, non pas pour fuir, mais pour découvrir toujours plus. L'inconnu n'est pas toujours lointain, il est de l'autre coté de la rue, de la vallée ou en soi. Ce projet est un voyage local à travers des espaces intimes traversant le temps.

 

LE PROJET

De petits tutoriels audios, vidéos et tactiles

Il s’agit de réaliser des courtes vidéos prenant la forme de «tutoriels» décalés (courtes vidéos en ligne permettant la transmission d’un savoir faire à une communauté d’internaute) avec des matières, des textes, des dessins grâce à un dispositif de captation vidéo singulier offrant une perspective peu commune (système de captation permettant de filmer par dessous). Ces vidéos seront construites sur la base d’interviews réalisés en amont pendant lesquelles nous proposerons aux personnes, d’expliciter un savoir faire, un savoir être, une intention, une expérience(etc) qu’ils souhaiteraient transmettre.

Nous considérons ici la transmission comme un mouvement, mouvement de la connaissance, des gestes, le mouvement d'un individu vers les autres, celui d'une génération à l’autre, tout comme le mouvement de la pensée vers le passé dans le processus de mémoire. Nous choisissons le média de la vidéo comme support pour restituer cette dynamique et l’action de créer ensemble nous permettra d’activer le regard, les idées, de déplacer des habitudes.

Le choix de créer ces tutoriels qui seront avant tout des objets artistiques est celui d’inscrire cette transmission dans une contemporanéité du transfert de savoirs et de jouer avec le format du tutoriel. Pour les jeunes générations, chaque nouvelle difficulté technique entraine une recherche sur internet et trouve très souvent sa solution dans un tutoriel. En créant des tutoriels plus axés sur le savoir être que le savoir faire nous nous permettons un détournement qui pose implicitement la question des priorités. Ces courtes créations vidéo s'inspireront et détourneront à la fois le genre des tutoriels que l'on retrouve en ligne.

Un dispositif audio-tactile :

Le dispositif permettant la diffusion sonore est particulièrement intimiste puisque intégré dans les chaises longues. Invisibles, les haut-parleurs sont en contact avec le corps ce qui permet de ressentir les vibrations mécaniques des hautparleurs produisant les sons sur la peau et d'entendre à travers le corps, par conduction osseuse. Cette écoute met le spectateur dans un état de corps particulièrement détendu et réceptif et donne l'impression que ce qui est entendu viens de l'intérieur du corps. Ainsi, les voix interviewés paraissent s'adresser tout particulièrement à chaque auditeur.

 

PROTOCOLE DES INTERVENTIONS

ecriture vitreLa diversité des outils créatifs que nous mettons en jeu lors des interventions permet d'adapter nos propositions en fonction des publics. Nous développons des pratiques accessibles à tous, des pratiques en forme de questions auxquels nous répondrons ensemble sous forme d'exploration. Le principal est d'avoir envie de se laisser surprendre par soi et par les autres et non de juger.

 

 

 

 

 

Nous interviendrons en trois temps consécutifs et complémentaires.

- La prise de contact :

Après l'expérience positive générée par une correspondance postale lors du projet Avis de contagion artistique à l’hôpital de Die (mai-juillet 2015), nous inviterons les personnes concernées par une carte postale personnalisée. Celle-ci sera un premier pas épistolaire vers la rencontre.

- La visite :

Afin de mieux présenter le projet et de commencer avec les volontaires, nous irons rendre visite aux personnes concernées avec le matériel issu de premières récoltes de mots et d'objets témoins réalisé en amont. Nous viendrons avec des propositions favorisant des premières explorations autour de l'idée de la transmission,. Ce sera le temps de l’interview.

- L'atelier :

Autour de la plateforme de verre que nous utilisons pour les captations vidéos, nous proposerons des ateliers alliants propositions physiques (développement du lâcher prise et de fluidité dans le mouvement) et création plastique. Ils pourront prendre la forme suivante :

Échauffement commun et prise de conscience corporelle par le mouvement.

Visionnage et échanges sur les vidéos de la séance antérieure.

Mise en place de binômes de travail à partir des matières rapportées, travail sur l’histoire des objets (écriture, récit, dessin, installations…).

Captations vidéos

 
PRESENTATION DU TRAVAIL

Ce travail sera présenté lors de la semaine Bleue en octobre 2016. Nous souhaitons un temps de diffusion dans chaque village concerné ainsi qu’au Martouret à Die pour la journée Bleue. Cette diffusion sera une invitation à une rencontre inter-générationnelle au sein des villages.

Afin de conserver le caractère volontairement intimiste et singulier de ce travail nous projetterons ces vidéos au sein d’une structure légère fermée (type barnum) dans laquelle plusieurs chaises longues (type transat) équipées d’émetteurs sonores seront installées. Ces émetteurs feront aussi office de vibreurs faisant ressentir la vibration sonore par le contact direct avec le corps du spectateur et amenant ainsi un état de bien être relaxant. La vidéo sera projetée au dessus des personnes parallèlement au sol. Le public se retrouvera alors immergé dans une expérience vidéo, audio et tactile. Cette structure permettra d’accueillir de petits groupes sur des temps courts (12-15mn). Ce format permettra d’offrir à chacun un accueil privilégié et personnel permettant un échanger direct suite à l’expérience.

 
CALENDRIER

Phase 1 de correspondance en janvier 2016

Phase 2 de rencontres et d’interview février / mars 2016

Phase 3 d’ateliers de création de mars à juin 2016

Montage de mai à juillet 2016

Création de la structure de diffusion et équipement de mai à septembre 2016

Présentation en Octobre 2016

Ce projet est soutenu par le département de la Drôme, la Région Auvergne-Rhône-Alpes (CDDRA) et la Caisse de Crédit Mutuel de la Drôme.

Nous remercions chaleureusement pour leur soutien, la mairie de Valdrôme, le café associatif Chez Dédé à Valdrôme, et l'Atelier, tiers lieu et espace de coworking à Die.

 logos_Avis_De_T.jpg